Les secrets de Castello

A Réal et sur le plateau du Capcir (France), j’ai cherché à rencontrer les agriculteurs et éleveurs de la région grâce à un projet de Résidence Photographique. La photographie était encore une fois ce moyen de rencontre efficace, ce prétexte à de nouvelles confrontations. Ce projet m’a permis d’aborder sous un autre angle une thématique qui m’est chère et d’apporter une autre dimension à un travail existant. Mes images sont avant tout une tentative de transcrire la force de vie ou de survie d’une ruralité parfois oubliée. Elles ne font pas l’éloge d’une agriculture prospère, mais posent un regard sur les richesses d’un quotidien rural en tentant de transcrire sa beauté, sa fragilité et sa dignité. Il ne s’agit ni de faire le deuil de cette paysannerie, ni de dresser un constat rigoureusement documentaire, mais de partir à la rencontre d’un monde rural en perpétuelle mutation.

(supports et formats indéterminés, 2008)